Affacturage : une solution de financement pratique

0

Les entreprises en situation financière tendue sont souvent confrontées à des problèmes de disponibilité de trésorerie, notamment à cause des paiements différés. Pour soulager leur trésorerie, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers l’affacturage. En 2019, environ 50 000 entreprises françaises ont eu recours à cette pratique, et sur les 5 dernières années, le volume des encours a connu une croissance annuelle de 10 %.

Qu’est-ce que l’affacturage au juste ?

L’affacturage est un moyen de financement à court terme permettant aux entreprises d’alléger leurs besoins en fonds de roulement (BFR) et d’avoir une trésorerie renforcée. Toutes les entreprises en B2B peuvent en bénéficier, quelles que soient leur forme juridique et leur taille. Pour cela, il convient de faire appel à un courtier en affacturage, qui fait office d’intermédiaire entre une société et les sociétés d’affacturage. Suivez ce lien pour en apprendre davantage sur l’affacturage et les services d’un courtier.

En effet, les entreprises ont pour habitude d’accorder à leurs clients des délais ou des facilités de paiement qui génèrent des décalages de paiement. Cela peut fragiliser temporairement la trésorerie de l’entreprise, sans parler des risques liés à l’insolvabilité des clients.

Affacturage : comment ça marche ?

Plus concrètement, l’affacturage consiste à se faire payer immédiatement par une société d’affacturage. La société d’affacturage ou factor se substitue au client et règle le paiement de l’entreprise vendeuse, qui va alors lui céder la créance clients. Éventuellement, le factor se chargera lui-même du lettrage et du recouvrement selon les modalités prévues par le contrat d’affacturage.

Lorsque vous formulez une demande de financement de créances, vous devez communiquer à votre factor des informations comme le montant des encours confiés les coordonnées des débiteurs et leurs numéros SIRET, entre autres éléments. Le factor va alors analyser la situation de vos clients et mesurer les risques avant de donner un accord.

Les entreprises en liquidation ne peuvent demander à être financées par affacturage ou factoring. Par ailleurs, seules les transactions B2B sont éligibles à l’affacturage. Les ventes aux particuliers ne sont donc pas finançables par cette procédure.

Courtier en affacturage et société d’affacturage, quelles différences ?

Intermédiaire en opérations de banque (IOB), le courtier en affacturage accompagne son client, en l’occurrence l’entreprise qui cherche à être payée rapidement, pour trouver le contrat d’affacturage idoine. Le courtier est une entreprise indépendante des sociétés d’affacturage. Il négocie les conditions et veille à l’application des différentes clauses après la signature du contrat.

En revanche, la société d’affacturage ou factor est un établissement financier qui propose généralement différents crédits aux entreprises, dont des offres d’affacturage. En général, la société d’affacturage gère seule le client débiteur en cas de relance et de recouvrement.

Les avantages de l’affacturage

De nos jours, l’affacturage n’est plus l’apanage des entreprises présentant des difficultés de trésorerie. La pratique a été banalisée, ce qui n’est pas étonnant sachant qu’elle présente plusieurs avantages :

  • un règlement avant échéance : vous n’avez plus à attendre jusqu’à la date d’échéance de la facture, voire plus en cas de retard de paiement, pour disposer des fonds,
  • un paiement rapide : en général, les factors paient sous 48 heures, sans tenir compte des facilités de paiement accordées à l’acheteur ou au débiteur,
  • une trésorerie renforcée : vous disposez d’une disponibilité quasi immédiate du montant de la transaction, que vous pourrez utiliser selon vos besoins sans paralyser votre entreprise,
  • l’impasse sur le suivi, les relances et le recouvrement de la facture : vous vous délestez de tâches contraignantes et génératrices de frais généraux, dans la mesure où ces missions reviennent à la société d’affacturage. Vous pourrez alors vous concentrer davantage sur votre cœur de métier et vos ventes,
  • un gain de temps : non seulement vous gagnez du temps en termes de disponibilité des fonds, vous n’avez pas à consacrer de votre temps pour le suivi, les relances et le recouvrement,
  • moins de risques liés à l’insolvabilité client : vous évitez de faire face à l’insolvabilité du client débiteur au cas où ce dernier se retrouve en difficulté financière et dans l’incapacité de payer.

L’envers du décor

Avant de vous lancer dans cette voie, vous devez être conscient des contreparties de l’affacturage. En effet, l’affacturage a un coût, comme n’importe quel dispositif de financement aux entreprises. En général, les sociétés d’affacturage déduisent les frais et autres charges du montant à verser à l’entreprise demandeuse.

En outre, la société d’affacturage ne se soucie guère de la fidélisation de vos clients. Une démarche trop agressive de la part du factor peut nuire à la qualité de votre relation clientèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.