Métiers libéraux, quelle matière pour votre plaque professionnelle ?

0

Vous exercez une profession libérale et envisagez de commander une plaque professionnelle, à poser à l’intérieur de vos locaux ou à l’extérieur de l’immeuble de votre cabinet. Ce n’est pas un secret : en tant que professionnel des métiers libéraux, vous n’avez pas le droit de recourir à la publicité pour promouvoir vos services. Votre seule arme « publicitaire » autorisée pour attirer du public reste donc les plaques professionnelles.

Quelle matière choisir pour une plaque professionnelle ?

En dehors des règles propres à chaque corps de métier qui encadrent la conception des plaques professionnelles, parfois, le choix de la matière et de la couleur de votre plaque professionnelle vous revient. Il faudra donc vous décider, en sachant qu’en dehors des critères de durabilité et de résistance aux intempéries, chaque matière aura une résonance dans l’esprit de vos clients, actuels comme potentiels.

Vous pouvez demander conseil à votre concepteur de plaques ou à des collègues exerçant dans votre domaine, mais en attendant, nous avons établi pour vous une liste des matières les plus utilisées.

Il s’agit :

  • Du plexiglass ;
  • Du laiton ;
  • De l’alu ;
  • De l’alu souple ;
  • Du PVC ;
  • Du verre ;
  • De l’inox ;
  • Du Dibbon.

Ces matières ont chacune leurs forces et leurs faiblesses, certaines sont donc plus adaptées que d’autres en fonction du lieu de la pose, du type de fixation et de l’effet recherché. Nous nous focaliserons sur la première matière de la liste : installer une plaque professionnelle en plexiglass vous assurera en effet le meilleur rendu, une excellente durabilité et un impact majeur sur votre clientèle.

Pourquoi le choix du plexiglass pour les métiers libéraux ?

Le plexiglass est une matière synthétique semblable au verre ou à l’acrylique dans son rendu, très prisée par les professionnels des métiers libéraux, pas seulement parce qu’elle est moins onéreuse que les autres. La transparence qu’elle offre lui permet de s’adapter à des design très contemporains, très graphiques, au contraire des classiques plaques standard gravées, dont la moindre modification demande un remplacement intégral.

Il s’agit d’une matière innovante, élégante et solide, aux avantages multiples :

  • Une esthétique imparable qui rehaussera à coup sûr l’image de votre cabinet auprès de son public ;
  • Une grande souplesse permettant de créer des designs modernes, ultra personnalisés et un graphisme contemporain soigné ;
  • Une excellente robustesse, ce qui en fait une matière adaptée aussi bien pour les plaques d’intérieur que pour les plaques professionnelles d’extérieur ;
  • Une bonne résistance aux rayures et aux agents chimiques contenus dans les produits de nettoyage et donc, une remarquable facilité d’entretien.

Par ailleurs, le plexiglass est une matière très flexible : elle permet de très nombreuses couleurs de texte et polices de caractères. En fait, en lui-même, le plexiglass est transparent : la couleur dorée peut lui être conférée par une fine couche couvrant sa face arrière, il suffira donc de changer cette couche pour modifier l’intégralité de la couleur de la plaque sans la rayer ni l’abîmer. De très nombreuses teintes sont disponibles, certaines classiques et d’autres plus originales :

  • La couleur or ;
  • La couleur argent ;
  • Le blanc ;
  • Le noir ;
  • Le rouge ;
  • Le bleu ;
  • Le jaune ;
  • Le vert.

Pour que les inscriptions sur la plaque soient visibles et lisibles, elles sont généralement apposées en noir, en blanc, en rouge, en bleu, en vert ou en couleur or. Attention, il est important de rappeler que la conception des plaques professionnelles ne dépend pas exclusivement du choix de la matière, de la couleur et de la police de caractères : il existe un cadre juridique précis qui conforme les plaques de certains métiers, comme les notaires, les médecins, les architectes et les avocats.

Les 3 règles des plaques professionnelles

Trois points sont à considérer : d’abord le contenu de la plaque, puis les formats à utiliser. Quant au troisième, à savoir l’apparence de la plaque professionnelle et la pose en elle-même, les règles sont propres à chaque métier et aux règles d’urbanisme.

Du contenu de la plaque

Les professions libérales ne peuvent pas faire de publicité pour leur activité, c’est un fait. La loi interdit aussi de notifier sur sa plaque des messages à caractère essentiellement publicitaire. Elle précise la nature exacte des informations que doit porter la plaque. Vous ne pourrez pas inscrire sur votre plaque pro d’autres mentions que :

  • Votre nom et votre logo ;
  • Vos diplômes et titres ;
  • Vos jours de travail et vos horaires d’ouverture et de fermeture.

Du format de la plaque

En dehors du contenu, la plaque elle-même ne pourra être fabriquée que dans la limite d’un format prédéterminé. En fonction des métiers, il existe des formats que les professionnels se doivent de respecter.

  • Un format de 30 x 25 cm pour les médecins et les pharmaciens ;
  • Un format de 30 x 20 cm pour les experts-comptables ;
  • Un format de 30 x 40 cm pour les artisans ;
  • Un format de 25 X 15 cm ou de 20 x 15 cm pour les médecins et les pharmaciens.

Les règles spécifiques aux Ordres

Dans chaque profession libérale, il existe des règles établies la profession elle-même. Ainsi, l’Ordre d’une profession particulière peut cadrer certains éléments spécifiques de la plaque professionnelle : c’est de cette façon que les professionnels de la justice par exemple se retrouvent obligatoirement avec des plaques dorées.

D’autre part, des règles peuvent être aussi fondées sur les normes imposées par le service d’urbanisme de la commune où se situe le cabinet. La commune peut par exemple imposer le lieu de pose de la plaque, la matière, etc. afin de garder une cohérence entre elles, reflet du professionnalisme extrême que tous ces métiers se doivent d’afficher en toutes circonstances. Parfois c’est le bâtiment lui-même qui ne peut supporter certaines fixations, dans le cas d’un bâtiment ancien à la façade protégée, inscrite au Patrimoine par exemple. Il est parfois possible dans ces cas-là d’installer la plaque à l’intérieur du bâtiment, dans les parties communes, mais là encore cela peut faire l’objet d’une demande auprès du syndic de copropriété s’il y en a un.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.