Digital nomade : 5 commandements pour partir bosser à l’autre bout du monde

Digital nomade : 5 commandements pour partir bosser à l’autre bout du monde

0

Avant vos 28 ans, une bonne expérience professionnelle à l’étranger, c’est plutôt tentant. Et parfaitement réalisable avec le peu de moyen qu’on dispose. Si vous vous sentez sûre de partir à l’aventure, il convient de vous indiquer les 5 commandements pour bosser à l’autre bout du monde.

1- Premier commandement : travailler autrement avec l’emploi en freelance

Muni d’un ordinateur portable, d’une connexion internet et d’un statut légal, le télétravail indépendant est le meilleur moyen d’acquérir une expérience internationale. Dans ce genre de prestation, on ne travaille plus pour une seule entreprise, mais pour plusieurs. Le télétravailleur cesse alors d’être un salarié pour devenir une sorte de PME à lui tout seul.

C’est une formule qui marche pour ceux qui veulent devenir rédacteur web, traducteur, journaliste, graphiste, ainsi que tout autre métier du marketing, du e-commerce et des professions libérales. Si vous avez tâtonné le terrain, vous pouvez facilement faire du marketing réseau si vous avez un tempérament commercial et sachant vendre un produit.

2- Deuxième commandement : identifier les espaces de coworking

À l’heure de la révolution du travail sur Internet, et/où les technologies de pointe façonnent notre quotidien, le télétravail nécessite la connexion Internet à tout moment. La formule est séduisante. Certes, mais la qualité de la connexion peut varier au bout du monde. Pour remédier à cette lacune, identifier les espaces de coworking équipés de wi-fi tels que les cybercafés, les starbucks, les bibliothèques ou les bureaux partagés. Vous pouvez trouver facilement un espace de travail à votre goût en cliquant ici.

3- Troisième commandement : choisir l’offre d’hébergement le moins cher

Plus pratique, trouver les offres en chambre d’hôtes disponibles, le moins cher et convenable dans la ville. Vous pouvez trouver des résidences en camping-car, en mini-van ou en mobile home si la ville en dispose. Dans la majorité des cas, il serait convenable de se renseigner sur les modalités d’hébergement à petit prix ou bien d’opter pour la colocation. Plusieurs sites Web offrent des modalités d’hébergement à petit-prix.

4- Quatrième commandement : informez-vous à l’avance sur les blogs des nomades digitaux

Pour être informé, consultez de temps en temps le blog des autres confrères. Cela donnera un aperçu de ce que les nomades digitaux peuvent rencontrer à l’étranger. Sur les Web, il existe des bonnes adresses pour se renseigner, il suffit de taper le mot-clé convenable.

Renseignez-vous sur les sites, comparez les offres et vous trouverez une liste de travailleur indépendant correspondant à vos attentes. Vous pouvez aussi suivre des formations en ligne, des témoignages ou des partages d’expérience. Cela vous aidera à se surpasser, à faire un grand pas de géant pour être au top. Et pour que travailler à l’étranger ne soit plus un calvaire ou un stade d’apprentissage.

5- Cinquième commandement : un peu de rigueur et de l’autodiscipline

Avant de franchir le pas, assurez-vous que le travail à l’étranger correspond à votre personnalité. Il requiert beaucoup d’autonomie et de discipline, et ne convient pas aux tempéraments d’artiste, aux « papillonneurs » ou aux personnes en quête de contacts humains. De même, pour un jeune diplômé, le travail en tant que nomade digital n’est pas une bonne formule.

Par contre, pour gagner plus, faites mieux que les autres travailleurs, vous pouvez ménager vos horaires en donnant le maximum. Vous pouvez travailler au-delà des 35 heures, pourquoi pas. Vous êtes à la fois le boss et le subordonné alors foncez, travaillez même tard dans la nuit ou très tôt le matin. Les commandes peuvent pleuvoir à 2 heures du matin, les jours fériés ou le soir de noël.

6- Sixième commandement : apprendre l’anglais pour mieux communiquer

Eh oui, l’anglais est désormais la langue universelle, celle qui faut savoir pratiquer quand on veut voyager à travers le monde. Et c’est d’autant plus important quand on est digital nomad et que l’on veut 1/ Faire de nouvelles rencontres dans les espaces de coworking. 2/ Trouver de nouveaux clients.

Heureusement, vous n’êtes pas obligé d’attendre votre voyage pour apprendre l’anglais en immersion. De nombreux blogs vous aident avant même de partir en voyage, en proposant des formules simples à appliquer dans la vie de tous les jours. C’est le cas du blog de Lauriane, que vous trouverez en cliquant ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.