Quelles sont les limites du brainstorming et les solutions pour une meilleure productivité ?

0

Des alternatives au brainstorming

Si vous participez à une réunion d’équipe typique dans la plupart des organisations, vous assisterez peut-être à ce qu’on appelle une séance de brainstorming. Les membres de l’équipe peuvent suggérer des idées en petits groupes autour d’une table ou au tableau blanc. Les consultants et les formateurs utilisent fréquemment cette technique. 

Le but de cette activité est de stimuler des idées créatives ou des solutions à une question ou à un problème en puisant en même temps dans la sagesse collective du groupe. Le problème, c’est qu’une recherche a montré que, dans la plupart des cas, le brainstorming n’améliore pas la productivité, la résolution de problèmes ou la créativité.

Les débuts du brainstorming

Le brainstorming a été popularisé par un publicitaire, Alex Osborn, dans les années 1940. Depuis lors, il a été largement adopté comme stratégie de gestion et de travail. Il se fonde sur les règles générales suivantes.

  • Les participants suggèrent autant d’idées que possible au cours d’une période donnée.
  • Les idées peuvent être classées par ordre de priorité.
  • Les idées sont ensuite combinées et/ou affinées.
  • On s’attend à ce que tout le monde participe.
  • Les participants doivent s’abstenir de critiquer ou de juger les idées proposées. 

Le processus de brainstorming est basé à la fois sur l’hypothèse que l’activité sera motivante pour les participants et que le processus produira de meilleurs résultats que le travail individuel. En fait, M. Osborn a affirmé que le brainstorming devrait améliorer le rendement créatif de près de 50 % par rapport aux personnes qui travaillent seules. 

Pourtant, après plus de 60 ans de recherche scientifique, il y a peu de preuves que le brainstorming produit de meilleures idées ou plus d’idées que le même nombre d’individus travaillant seuls n’en produirait. Ce qui est peut-être encore plus important, c’est que le brainstorming peut, en fait, entraver la créativité. 

Une étude scientifique a révélé que le brainstorming peut ne pas être la meilleure stratégie pour générer des idées uniques et variées. Les chercheurs ont conclu que les exercices de brainstorming en groupe peuvent mener à une fixation sur une seule idée ou possibilité, en bloquant d’autres idées et possibilités, ce qui mène éventuellement à une conformité des idées. 

“La fixation sur les idées des autres peut se faire inconsciemment et vous amener à suggérer des idées qui imitent vos partenaires de brainstorming. Ainsi, vous devenez potentiellement moins créatif”, a souligné le chercheur qui a dirigé la recherche. Un examen méta-analytique de plus de 800 équipes a révélé que les individus sont plus susceptibles de générer un plus grand nombre d’idées originales lorsqu’ils n’interagissent pas avec les autres. 

Le brainstorming serait particulièrement susceptible de nuire à la productivité dans les grandes équipes lorsque celles-ci sont étroitement supervisées et lorsque le rendement est oral plutôt qu’écrit. Un autre problème est que les équipes ont tendance à abandonner lorsqu’elles constatent que leurs efforts ne produisent pas grand-chose. 

En outre, le brainstorming semble être un processus enchâssé parce que le travail de groupe est la pierre angulaire de la plupart des organisations aujourd’hui. Une autre équipe de chercheurs a analysé plus de 19 millions d’articles universitaires évalués par des pairs et plus de 2 millions de brevets au cours des 50 dernières années. L’étude a montré que les niveaux de travail en équipe ont augmenté de plus de 95 % dans les domaines scientifiques. 

Un autre groupe de scientifique soutient que l’un des problèmes du brainstorming est que les participants reçoivent peu ou pas de formation sur la méthodologie requise et que leurs résultats sont donc suspects. 

Le rapport d’une autre équipe résume une grande partie de la recherche sur le brainstorming. Selon la conclusion de la recherche, les individus sont plus aptes à la pensée divergente, c’est-à-dire à la réflexion générale pour générer un ensemble diversifié d’idées, alors que les groupes sont plus aptes à la pensée convergente, notamment au fait de choisir les idées qui méritent d’être poursuivies.

Les limites du brainstorming

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles la tactique ne fonctionne pas. De l’insécurité au fait de s’en tenir à la première idée, voici un résumé des raisons pour lesquelles le brainstorming n’est pas la meilleure option.

Le groupe suit la première idée  

Du point de vue psychologique, cela s’appelle aussi l’ancrage. Les gens développent un penchant vers la première idée qui est suggérée, et il y a une autre , par la suite, une autre tendance qui consiste à considérer toute autre idée. Ensuite, on passe un temps démesuré à discuter de la première idée par rapport aux autres.

La “pensée de groupe” se développe

En général, les gens veulent éviter les conflits et ils veulent aider en acceptant l’idée de quelqu’un d’autre, même s’ils ont de meilleures idées que les nôtres. Les extravertis et les personnes dominantes ont tendance à parler d’abord. Le plus fort voudra contrôler la conversation, et puis les autres auront tendance à suivre. 

Les critiques et le débat civil sont étouffés

L’une des règles du brainstorming est que les sessions sont des environnements non critiques où chacun peut avoir une idée sans craindre de se sentir stupide. L’objectif est d’améliorer la créativité et de permettre aux introvertis ou aux personnes timides de participer davantage. Mais le problème, c’est que l’idée qui manque clairement de mérite ou de substance est entretenue artificiellement. 

La pression du temps

Habituellement, une séance de brainstorming est planifiée et le groupe doit proposer des idées qui seront adoptées dans un délai relativement court, ou même dans un environnement concurrentiel lorsque les groupes sont comparés. Une étude a montré que la pression est presque toujours terrible pour la pensée créative. 

De la flânerie sociale

Les gens ont tendance à faire moins d’efforts lorsqu’ils travaillent en équipe que lorsqu’ils sont seuls, c’est ce qu’on appelle aussi le resquillage. 

L’anxiété sociale

Les participants du groupe s’inquiètent de la perception qu’ont les autres membres du groupe de leurs idées. 

Le blocage de la production   

Comme les participants d’un groupe ne peuvent exprimer qu’une seule idée à la fois, afin que les autres membres du groupe puissent les entendre, le nombre de suggestions générées dans un groupe de plateaux diminue réellement, surtout lorsque le groupe est grand.

Les alternatives au brainstorming

Le brainwriting

Il existe plusieurs manières d’améliorer le brainstorming. Un exemple d’alternative à cette pratique est le brainwriting, dans lequel les participants écrivent leurs idées en silence. Ensuite, une fois qu’elles ont été saisies, elles sont partagées dans le groupe. Puis, les participants peuvent s’appuyer sur les idées des uns et des autres. 

Une autre approche consiste à demander à chaque participant d’écrire une idée, puis de la transmettre à la personne de droite ou de gauche du groupe. La tâche de cette personne est d’élaborer la première idée, puis de la transmettre à la personne suivante. Le processus est répété jusqu’à ce que chaque personne du groupe ait élaboré l’idée originale de chaque personne. Ensuite, les idées sont partagées au sein du groupe. 

Le brainswarming 

Le brainswarming est une autre alternative coopérative. Cette approche encourage l’idéation individuelle dans le contexte d’un objectif plus large. Le brainswarming commence par la définition d’un objectif ou d’un problème en haut d’un tableau blanc. Il faut, ensuite, énumérer les ressources disponibles pour résoudre les problèmes du bas. 

Les membres de l’équipe s’assoient de façon indépendante et écrivent des idées pour s’attaquer au problème des deux côtés. Les penseurs “descendants” naturels commenceront à affiner le but, tandis que les penseurs “ascendants” ajouteront plus de ressources ou analyseront comment les ressources peuvent être utilisées pour résoudre les problèmes. La magie se produit au milieu, là où ces deux approches se rejoignent. 

Demander aux participants de travailler individuellement

Enfin, une approche alternative au brainstorming est de ne pas l’utiliser, mais de demander aux participants de travailler individuellement et de proposer des idées. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.