Plaquiste : comment mieux utiliser les dépenses et les recettes ?

0

Le métier de plaquiste est caractérisé par une versatilité sans égale. Cependant, en raison de la diversité d’activités qu’il réalise, un plaquiste ne réussit pas toujours à adopter la bonne stratégie de gestion. Il se retrouve alors en déficit, dépensant beaucoup plus qu’il ne gagne. Alors, comment procéder pour réaliser un budget positif ?

Utiliser un système de gestion de l’ensemble des dépenses

Il est difficile de suivre chaque étape séparément. Alors, pourquoi ne pas opter pour un système de gestion d’ensemble ? Il existe des applications comme Nevoo mettant en place un programme qui prend en compte toutes les activités du plaquiste. Il suffit d’insérer des données spécifiques à votre cas pour voir l’application calculer votre budget de façon claire et détaillée. Bien sûr, cela inclut les coûts liés aux principales activités et les possibles imprévus.

plaquiste dépenses et recettes

Estimer les dépenses des principaux travaux du chantier

Le plaquiste est capable de réaliser une diversité de travaux liés à la construction. Cependant, il intervient principalement dans la pose des plaques, la création de cloisons et l’installation de la menuiserie intérieure. C’est pourquoi il doit comprendre les dépenses liées à ces activités.

La pose des plaques

C’est la principale activité du plaquiste. Poser des plaques permet d’améliorer l’isolation thermique de la maison et renforce la solidité des murs. Pour une estimation efficace, vous devez déterminer la valeur du type de plaque utilisé. Elle est influencée par trois facteurs.

Premièrement, il faudra prendre en compte l’épaisseur de la plaque, garante de sa solidité. Prêtez ensuite attention au matériau de base. Cela vous donnera une idée précise de la capacité d’isolation thermique des plaques. Pour finir, assurez-vous de leur étanchéité afin d’éviter les incidents en période pluvieuse. Il ne vous reste plus qu’à calculer le nombre de plaques à poser.

La création des cloisons

Les cloisons sont des structures permettant de délimiter deux espaces. Leur aspect et leur composition dépendent de la raison de leur mise en place, des matériaux utilisés et de leur emplacement. Le plaquiste a l’obligation de réunir toutes ces informations et d’établir son budget en conséquence.

L’installation de la menuiserie intérieure

Lors de la pose des plaques ou pendant la création d’une cloison, il est relativement commun de démonter des portes, des fenêtres ou d’autres éléments de la menuiserie intérieure de la maison. Une fois le travail achevé, il est ainsi logique que tout soit remis en ordre. Cette opération est généralement simple puisque le plaquiste remonte ce qu’il a précédemment démonté. Outre le nettoyage et la rémunération de la main-d’œuvre, aucune véritable dépense n’est à noter.

Prendre en compte le coût de la main-d’œuvre

Le plaquiste ne travaille pas seul. Il est accompagné d’ouvriers qui l’assistent dans ses différentes tâches. C’est pourquoi, une fois le travail achevé, ils demandent une rémunération en toute légitimité. Pour une estimation efficace des dépenses, vous devez prendre cet aspect en compte. Estimez avant tout le début des travaux, la quantité de travail attribuée à chacun et négociez la rémunération. Cela évite les disputes en fin de contrat et permet une meilleure organisation de l’ensemble des activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.