Devenir entrepreneur, et si vous repreniez une entreprise ?

0

Vous vous sentez depuis bien longtemps l’âme d’un entrepreneur, et là, c’est décidé, vous allez vous lancer. Deux solutions s’offrent à vous : la création d’entreprise ou la reprise d’une entreprise existante. Vous vous sentez beaucoup plus attiré par la reprise d’une entreprise.
Il faut savoir que de plus en plus d’entrepreneurs optent pour la reprise d’une entreprise car cette option présente de nombreux avantages.
Faisons ensemble un point complet sur le process de reprise d’une entreprise.

Pourquoi envisager la reprise d’une entreprise ?

Vous pouvez très bien avoir l’âme d’un entrepreneur sans avoir forcément l’âme d’un créateur, et il n’y a d’ailleurs pas à en rougir, loin de là.
De toute façon, les créateurs comme les repreneurs sont nécessaires et jouent un rôle social et économique.
Pour faire très simple, on peut dire que reprendre une société, c’est ne pas partir de zéro. C’est démarrer à partir d’une activité existante avec déjà un carnet de clients, des fournisseurs, un savoir-faire, une notoriété.
C’est aussi pouvoir avoir l’opportunité, pendant la passation du flambeau, d’être accompagné par le chef d’entreprise qui cède sa société.
La reprise d’une entreprise présente l’avantage de ne pas avoir à passer par le processus long et laborieux que représente la création d’une entreprise en France.
Le fait que l’entreprise existe déjà permet au repreneur un démarrage d’activité plus rapide et de façon plus sereine.
Attention de ne pas croire pour autant que la reprise d’une entreprise est un jeu d’enfant. Il y a des challenges pour le repreneur à réussir, le principal étant de parvenir à pérenniser l’activité existante en s’appropriant l’entreprise. Il faut aussi réussir à se faire « accepter » par le personnel, par les fournisseurs. Il faut réussir également à conserver la clientèle existante en continuant à lui offrir ce pourquoi elle est fidèle, voire mieux encore. Il ne faut pas vouloir tout révolutionner en interne comme à l’externe.

Comment reprendre une entreprise ?

reprise-entrepriseOn considère qu’il faut en moyenne 12 mois entre la phase de recherche d’une entreprise à reprendre et la finalisation de la cession.
Pour réussir une reprise de société, il est fondamental de préparer parfaitement le projet et de ne lésiner sur aucune étape. Enfin et surtout, il est nécessaire de s’entourer d’experts tout au long du process.  Vous avez beau avoir l’âme d’un entrepreneur, vous ne pouvez pas du jour au lendemain vous improviser expert-comptable, financier, notaire ou juriste. A chacun son métier et ses compétences.

Définir le secteur d’activité

Lorsque votre décision de reprendre une société est mûrement réfléchie en pesant bien tout ce que représente cette décision, il s’agit maintenant de définir le secteur d’activité dans lequel vous souhaitez évoluer. Naturellement, il sera beaucoup plus facile de reprendre une entreprise qui exerce dans un secteur d’activité qui vous parle ou que vous connaissez pour y avoir déjà travaillé auparavant.

Trouver l’entreprise à reprendre

Le secteur d’activité étant défini, la tâche va maintenant consister à trouver l’entreprise que vous allez reprendre.
Pour ce faire, des organismes peuvent vous être utiles.
On compte :

  • Le CRA (cédants et repreneurs d’affaires), une association qui au-delà de mettre en contact des cédants et des repreneurs a pour vocation de faciliter la transmission d’entreprises en accompagnant les protagonistes.
  • Les CCI
  • Les Chambres de Métier et de l’Artisanat
  • Les Chambres d’Agriculture

Chacun de ces organismes peut vous être utiles non seulement pour trouver une entreprise à reprendre mais aussi pour vous accompagner tout au long de la reprise.

Profiter des aides financières existantes

Il existe de nombreuses aides financières à l’attention du repreneur.
Parmi les plus connues, on note l’Acre (L’aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise), le Nacre (Nouvel accompagnement pour la création ou reprise d’entreprise), l’Arce (l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise) et enfin le Cape (Le Contrat d’appui au projet d’entreprise).

Evoluer le potentiel de l’entreprise qui vous séduit

Lorsque l’entrepreneur pense avoir trouvé une entreprise à reprendre, il est impératif qu’il collecte un maximum d’information à son sujet. Aucun détail ne doit échapper à sa vigilance. Connaitre l’environnement commercial et les contraintes réglementaires, avoir accès aux contrats de travail et aux clauses qu’ils peuvent contenir, examiner le bail commercial
Enfin, le plus important est de collecter les bilans et les comptes de résultats afin d’évaluer le fonds. Pour examiner ces documents comptables, il est vivement recommandé de confier la tâche à des professionnels en la matière. Ainsi, un expert-comptable, un conseiller de CCI ou CMA ou même votre banquier pourront s’atteler à évaluer la valeur de l’entreprise.

Négocier le prix

reprise-entrepriseLorsque le repreneur connait la valeur de l’entreprise qu’il souhaite reprendre, il fait une proposition par le biais d’une offre de prix par écrit qui tiendra lieu de base de négociation. Ainsi, partant du principe que tout est négociable, il peut discuter avec le cédant non seulement du prix de la société mais aussi des conditions de la reprise, à savoir location des murs ou achat, reprise du stock… Une fois encore, il est vivement conseillé de se faire accompagner par des professionnels durant cette phase de négociation.

Financement du projet

Une fois le prix de reprise convenu, le repreneur peut mettre par écrit ses prévisions de dépenses et de recettes et établir son business plan. Cette étape va lui permettre de peaufiner l’enveloppe du financement qu’il va devoir trouver pour la reprise. Puis, ensuite, il va lui falloir trouver le financement qui peut se composer d’aides, d’un prêt bancaire, de prêts d’honneur…

Finaliser la reprise

Lorsque le plan de financement est bouclé, la reprise sera effective après une série de formalités administratives et juridiques. Il faudra tout d’abord procéder à la signature de l’acte de vente, à l’établissement d’un nouveau bail le cas échéant, au choix du statut juridique de la société…
Il faut bien sûr déposer une demande d’immatriculation auprès du CFE, le Centre de Formalité des Entreprises. C’est ce même CFE qui se chargera de transmettre les éléments nécessaires à tous les organismes concernés par la reprise de la société, que ce soit le greffe du tribunal de commerce, l’INSEE, les organismes sociaux, les services fiscaux.
Il restera juste à la charge de l’entrepreneur le soin de faire établir des contrats d’assurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.