Les critères de propreté en entreprise suite au COVID

0

Le virus du COVID 19 circule toujours mais il faut aller de l’avant. Suite à une année 2020 particulièrement difficile et un premier semestre 2021 où la reprise a quelque peu tâtonné, toutes les activités reprennent désormais et il convient de faire un point sur les mesures de propreté et d’hygiène à adopter en entreprise. Les professionnels du nettoyage sont des alliés de poids dans le contexte sanitaire actuel. Quel protocole d’hygiène adopter au bureau ?

Les sociétés de nettoyage, des alliés dans la lutte contre le COVID 19

Plus que jamais, les professionnels de la propreté en France ont le vent en poupe. Le secteur a généré un chiffre d’affaires de 16 milliards d’euros l’an dernier. Afin de contrecarrer la propagation du virus dans les entreprises, ils sont très demandés car leurs services représentent un enjeu majeur dans le milieu professionnel.

Des sociétés comme Neosit.fr sont très sollicitées à Paris pour nettoyer les bureaux des PME et les locaux des grandes entreprises. Ils maîtrisent les normes d’hygiène des locaux professionnels. Equipés du matériel nécessaire, ils mettent tout en œuvre pour garantir un environnement sain avec des prestations de nettoyage adaptées à la crise sanitaire liée au COVID 19.

Critères d’hygiène et propreté au travail : quelles responsabilités pour l’employeur ?

L’article L. 4121-1 du code du travail oblige les employeurs à prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés. Cela implique de réduire les risques de transmission en cas de maladie. Tout doit être mis en œuvre pour que les salariés se sentent protégés et évoluent dans des conditions optimales d’hygiène pour exercer leurs fonctions.

Par ailleurs, l’employeur doit informer et sensibiliser tout le personnel sur les mesures sanitaires et organisationnelles par tous les moyens (affichages muraux dans les locaux de l’entreprise, mails réguliers, réunions distanciels, etc.). Dans le contexte de lutte contre COVID, la société doit mettre en place un protocole sanitaire :

  • La prise de température via un thermomètre frontal sans contact à l’entrée,
  • La mise à disposition de gel hydroalcoolique à l’entrée,
  • La vaporisation de produits désinfectants à l’entrée,
  • La dotation de gel hydroalcoolique et de masques à l’ensemble du personnel,
  • La mise en place de la distanciation sociale et le transfert de salariés en télétravail si besoin,
  • La mise en place d’un protocole de prise en charge les salariés susceptibles d’être porteur du virus,
  • La protection des salariés fragiles ou à risque,
  • La désinfection régulière du lieu de travail par un professionnel du nettoyage.

La responsabilité partagée des employés face à la crise sanitaire

De leur côté les salariés doivent se conformer aux mesures imposées pour le bien de tous. Au cas où ils auraient des requêtes à faire, ils doivent prendre contact avec les représentants du personnel. Parmi les bonnes pratiques et habitudes d’hygiène à adopter sur le lieu de travail figure en premier lieu le respect de la distanciation sociale. Les salariés doivent éviter les contacts physiques (pas d’embrassades ni de serrage de mains), et le prêt d’effets personnels (mugs, stylos, peignes, bâtons de rouge à lèvres, etc.).

Il leur est demandé de nettoyer leur espace de travail avec des produits désinfectants chaque matin voire 2 fois par jour notamment s’ils travaillent dans un espace ouvert. Il leur faut porter correctement et à tout moment un masque, et se couvrir le nez et le visage lors des éternuements. En cas d’apparition des symptômes, les salariés sont tenus de rester à la maison et d’informer l’employeur.

Pour prévenir tout risque d’infection, il leur est conseillé de continuer à respecter les mesures d’hygiène hors du lieu de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.